En retard

En retard,

Elle est toujours en retard

Elle se prend, quelle malice

Pour le lapin d’Alice

Au boulot, au dodo, dans le métro

A Paris ? à Neuilly, Chambourcy

Quelle soit nue, ou vêtue, quelle cucul !

Déphasée, déroutée, dépitée

Elle s’excuse, elle abuse, elle accuse

Le dodo trop douillet

Le métro trop bondé

Le boulot éloigné

En retard,

Elle est toujours en retard

Elle se prend, quelle malice

Pour le lapin d’Alice

Dans le bois, dans tes bras, dans le noir

A Clichy, à Vitry, Saint Denis

Qu’elle soit belle, naturelle, ou rimmel

Excitée, énervée, survoltée

Cette salope interlope, elle invoque

Les bois trop noirs

Les petits noirs, trop serrés

Et tes bras si douillets

En retard,

Elle est toujours en retard

Elle se prend, quelle malice

Pour le lapin d’Alice

Mais tu l’aimes quelle aubaine comme elle est

Tu ne voudrais pour un rien la changer

De Vichy à Paris et même si…

En retard,

Elle est toujours en retard

Elle se prend, quelle malice

Pour le lapin d’Alice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s