Le monde s’indiffère

Avril 2000

Ciel éclaté,

Transpirant d’odeurs sourdes dans des furies d’orage,

Violents effluves de printemps,

Climat, décadence, hargne, dépit…

que de souffrances en balance,

Que d’aigreurs…

Les oiseaux ne chantent plus et l’herbe ne danse plus dans le vent des petits matins clairs.

Le monde s’indiffère

S’est tu, têtu….

L’heure tourne en mal’heure

Tel du lait caillé

La vie mortifère plus que la mort tue

Et de clameurs en clameurs il n’y a plus de printemps,

plus d’été….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s