Marion

Marion,

c’est l’hiver qui s’approche,

et met de la glace à chacun de tes pas

c’est le chagrin qui s’accroche,

et ton corps soudain comme un bloc de verglas

tu as le coeur en novembre

et la mine défaite vraiment ça ne va pas

quand la vie n’est pas tendre,

tes blessures font comme un écho

tout autour de toi

Il y a des jours avec et des jours sans

il y a tout qui chamboule

il y a l’angoisse quand rien ne va,

que sans préavis la vie qu’on croquait à pleines dents

tout soudain vous dévore, vous met K.O. , vous met à plat;

que tout remonte comme une marée immonde, ce qu’on voulait oublier;

Dans ces moments là, ta tête des mauvais jours,

les jours de novembre, décembre

c’est à l’hôpital que tu vas la cacher

oubliez-moi, ce n’est pas moi cette bête

à cauchemars, cette bête à paniques

oubliez-la

Que la vie est amère

quelle mauvaise bile

ces reflux tout soudain

des chagrins oubliés,

des chagrins de novembre,

des noirs cafard de fin d’année

Toi qui est si vive, toi qui sais jouir,

toi qui sais profiter et de l’instant

qui passe, et de l’amour , et de l’amitié

toi qui t’enthousiasme, qui te révolte,

qui t’enflamme toi qui sais t’engager

Sous ta vivacité, tes accès de gaieté

quelles meurtrissures se cachent,

quelles blessures profondes reviennent

te tourmenter ?

Marion ici et Marion là

Marion qui rit âme déchirée

Marion soleil roux Marion fleuve noir

yeux bleus rieurs ou yeux de glace

Marion élan Marion tempête

Marion ici et Marion là

où on ne l’atteint pas

(Paris 2000)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s