La Chamane

Un fennec se reposait à l’ombre d’un baobab, quand vint à passer un cavalier qui se dirigeait vers la rivière. La chaleur était intense et le soleil, haut dans le ciel, incendiait de ses rayons, la chaîne de volcans au loin, la forêt de baobabs en contrebas et jusqu’au petit fennec réfugié dans leur ombre.

« Cavalier ; beau cavalier » implora le petit animal, « porte moi sur ton cheval jusqu’à la rivière, mon cœur est triste et j’ai mal aux pattes, emmène moi, je te prie, sur ton cheval »

Ce cavalier sentait fort le souffre, ayant longtemps cheminé sur la lave durcie des volcans. Il était à la recherche de la grotte d’une chamane, elle seule disait-on, avait le pouvoir de faire revenir la pluie sur le pays des baobabs. Il avait bon cœur cependant, quoique fourbu et puant. Il hissa le petit fennec sur sa selle, et l’emmena jusqu’à la rivière.

La rivière, réduite à un petit filet d’eau, leur parût bien fraîche, et tous trois côte à côte, le fennec, le cheval et le cavalier, burent tout leur soul et firent de longues ablutions, heureux du simple contact de l’eau sur leur peau et poils desséchés et cuisants.

« Petit Fennec » demanda enfin le Cavalier  «sais-tu où se trouve la grotte de la dernière chamane au monde à connaître les incantations et  danses de la pluie ? » « Hélas Cavalier »gémit le petit fennec « vous ne le savez donc pas dans le monde des hommes ? un scorpion a piqué la chamane, elle n’est pas morte mais un mal étrange s’est emparée d’elle et la retient couchée, elle ne parle plus, ne supporte que l’obscurité » « Conduis-moi auprès d’elle si tu le peux Petit Fennec »dit alors le Cavalier.

L’homme, le cheval et le fennec prirent alors un sentier serpentant à travers les baobabs, une chaleur lourde leur collait à la peau et de loin en loin sur le chemin d’ombre piqueté de violente lumière le cri d’un oiseau résonnait comme une plainte.

La rivière était bien loin et ne leur semblait plus qu’un souvenir, dont la nostalgie se faisait chaque pas plus poignante.

Cent fois le Cavalier pensa renoncer à sa quête, cent fois le fennec l’encouragea à poursuivre.

Enfin comme l’or du soir tombait et teintait toute la chaîne d’une lueur sanglante, le petit fennec s’arrêta et dit « c’est ici »

Là, à flanc de volcan, à quelques centaines de mètres de là, se dessinait effectivement une échancrure, blessure ouverte, béance.

Le Cavalier avait mis pied à terre et courut jusqu’à cette anfractuosité, la lumière tout à l’heure si forte, baissait rapidement et l’intérieur sombre, le fit frissonner. Il s’avança précautionneusement jusqu’au fond de la grotte et buta sur une couche, là gisait une femme, et malgré l’obscurité, le Cavalier eut un sursaut de surprise, une jeune femme. Lui pensait que la dépositaire d’une sagesse millénaire devait au moins être centenaire. Il découvrit qu’il n’en était rien. Exsangue, la peau blafarde, les yeux noyés de larmes, qui depuis longtemps ne coulaient plus, Le Cavalier vit cependant qu’elle était jeune, il vit qu’elle était belle, la chamane, fille et petite fille de chamane, Il vit qu’elle était celle qui allait mettre fin à sa quête. Ce qu’ils se dirent dans ces instants nul ne le sait ni ne le saura, ça leur appartient. Certains prétendent que le Cavalier a embrassé la Chamane et que ce baiser a sauvé le monde de la sécheresse. Le croyez-vous ?

Toujours est-il qu’un éclair annonça l’orage et on raconte que le coup de tonnerre qui a suivi ne fût pas assez fort pour couvrir l’immense soupir de soulagement poussé par toutes créatures vivantes, animales, végétales, minérales, et la musique de l’eau tombant enfin, du ciel en offrande, ressemblait à la musique créée par ces deux cœurs battant à l’unisson de leur commune découverte, au fond, tout au fond de la grotte…

(2001)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s