Quelque chose

Il y a quelque chose de tellement dérisoire
A se pencher sur sa vie
Tous ces petits bouts d’hommes désirs vite enfuis
Des prénoms égrenés toute cette litanie
Elle est si lasse en somme
Si fatiguée aujourd’hui, si triste elle ne sait
Ni pourquoi ni pour qui

Détestable mélancolie

Il y a quelque chose de si futile
Dans ces souvenirs enfouis
Toutes ces histoires d’alcôves fragiles
Des bouches oubliées tous ces cris dans la nuit
Elle n’entend plus leurs murmures elle n’en peut mais
Qu’y faire, si triste aujourd’hui, fatiguée elle ne sait
Ni par quoi ni par qui

Incurable nostalgie

Il y quelque chose de l’impossible,
De l’impensable oubli
De sa geste personnelle elle convoque la vie
Etre en apesanteur encore quelques heures
Qu’advienne légèreté de l’être, cet état de bonheur
Elle si pesante aujourd’hui que de croire elle ne sait
Ni en quoi ni en qui

Insupportable ennui

IL y a quelque chose qui crie en elle
A regarder sa vie
Dans le rétroviseur, tout paraît si menu
Tous ces corps qui l’aimaient, qui se sont départis
Elle ne sait vraiment pas ce  qu’ils sont devenus
Elle pleure et se lamente sans savoir pauvre d’elle
ni de quoi ni de qui

Regrettable lubie

Il y a quelque chose quand on y pense
de l’ordre du masochisme
Un homme est en sa vie qui espère en silence
Qu’un jour une heure elle reviendra vers lui mais
Elle est si lasse en somme
Si fatiguée aujourd’hui, si triste elle ne sait
Ni pourquoi ni pour qui

3 Comments

  1. Je découvre votre blog en commençant par ce texte magnifique. Il me parle oh combien ! Lire autant de mots qui me semblent si familiers, contenus, connus… Une balade intérieure plaisante et harmonieuse. Du coup, je vais explorer votre blog plus en profondeur et, je pense, y revenir souvent 🙂
    Merci et bonne journée !

    J'aime

  2. Cécile, vous avez réussi à mettre, avec vos mots, l’accent sur des sentiments que je porte en moi depuis toujours, et dorénavant j’ai l’impression de n’être plus le seul à ressentir cette nostalgie, ces angoisses !
    Oui, si je transpose au masculin cet entremêlement d’émotions, en apparence profond et complexe dans le sens et pourtant simple de compréhension, j’ai en fait l’impression que quand vous parlez de vous, vous parlez de moi !

    Aimé par 1 personne

    1. Votre commentaire me touche c’est vraiment sans aucune forfanterie ce que je souhaite faire passer : avant tout l’émotion au plus près. J’aime bien aussi ce que vous faites on sent l’amour des mots qui vous habite !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s