J’ai mal à l’arbre qu’on assassine

Serre moi mon ange j ai mal à l’arbre

J’ai si mal à cet arbre qu’on assassine

Le cèdre crie sous la morsure égoïne

Et je pleure en sourdine et l’arbre en souffrance et

les oiseaux qui tantôt ne pourront plus percher

Ils ne me chanteront plus leur chanson de nuit

Tendres et si cocasses concerts cacophoniques

Que de mon lit j’écoutais rêveuse et ravie

Torturé l’arbre crie, deux fois centenaire Il crie

Etreins- moi mon ange que je perde l’ouïe

J’ étais l’arbre sous la morsure assassine

J’ étais l’arbre et l’ oiseau, celui qui tout à l’heure

L’oiseau qui quel malheur ne pourra plus la nuit

Sous mes volet pépier,voler jusqu’à l’envie

Perché sur le grand cèdre, bercé de milles cris

Je suis, et l’oiseau sans logis,

Et sous la scie le grand arbre

Serre moi mon ange j’ai si mal à l’arbre

Pourquoi dis-moi fallait-il qu’on le tue ainsi ?

De mon lit j écoutais rêveuse et ravie

Etreins moi mon ange j ai mal si tu savais

1 Comment

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s