Naissance

Forsythia saule et jonquille le printemps débutant s’habille tout en jaunes et verts tendres, ça et là, des arbres fruitiers le blanc virginal se déploie, quelques touches fushia déjà s’immiscent. Il y a quelque chose de profondément émouvant dans cette éclosion, effusion de couleurs éveillant chaque talus chaque bosquet, endormis jusque là dans leur torpeur grise. C’est chaque fois comme assister à la naissance du monde. Quelle confiance jamais démentie dans le premier soleil qui perce adolescent la terre glacée des jours moroses ! Premiers soleils de printemps après l’hiver le plus chaud que le siècle ait connu… On se bat comme on peut contre ces sensations de fin du monde et il suffit malgré tout de voir la première jonquille montrer le bout de son nez, lumineuse et fragile, pour aussitôt percevoir et toute la beauté et toute la fragilité de notre terre mère, sa ténacité aussi !

2 Comments

  1. Coucou Cécile 🙂
    Très bel hommage au printemps qui s’en vient. Tu as raison, à chaque fois c’est le miracle de la nature qui renaît. Comme d’habitude, j’aime bien te lire et te suivre.
    Biz et à bientôt !

    Si je puis me permettre de relever la coquille : c’est « forsythia » avec un s…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s