Rémanences – 2 07 1922 – 17 10 2011 ( republié)

Papa je te vois, partout Papa, je te vois c’est toi

À cette terrasse en fauteuil, Papa
et le regard vide, Papa c’est toi

Ce vieux monsieur marchant, Papa, au pas lent de son vieil épagneul, Papa c’est toi

Papa je te vois, partout Papa, je te vois c’est toi

Ce regard éteint, ce sourire fatigué Papa, sous la petite moustache blanche, Papa c’est toi

De dos tu t’en vas, Papa, cette silhouette un peu cassée là bas, Papa c’est toi

Papa je te vois, partout Papa, je te vois c’est toi

Papa ! retourne toi ? Regarde moi ? Une dernière fois ?

3 Comments

  1. J’ai fais un rêve il y a longtemps, dans lequel je courais après un homme (mon père mais que je ne connaissais pas encore à l’époque), mais mes jambes de petites filles ne rattrapaient jamais les grandes enjambées de l’adulte. J’y mettais toutes mes forces et mes larmes. Un rêve qui m’a marquée. Ton texte vient de subitement faire remonter ce souvenir 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Hello Dom désolée de ne pas avoir répondu à ton post ton partage m’a touchée je suis en vacances et ds ce moment où je ai en même temps toutes les tensions de l’année à mettre à distance et l’envie à la fois de ne rien faire et de faire plein de choses est ce que tu connais cet état ? Je crois comprendre que tu traverses des moments difficiles ! Amitiés

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s