La nuit tombée tôt

La nuit tombée tôt l’automne à son acmée

Inclinent à la mélancolie

Et moi comme un clown blanc je ris enfant je ris

D’un rire enfariné qui confine aux pleurs,

Aux prises avec cet insidieux chagrin.

Que l’on nomme en somme

Que l’on nomme la vie

Des aubes aux crépuscules comme

Des soirs aux matins

Sur la rive, alitée, je regarde passer ma vie.

Comme elle va vite, alitée sur la rive ma vie !

Ma vie si vite de rive en rive dérive, tandis

Que mon âme sur la rive, alitée,

Immobile et sans rêve, suit..

3 Comments

  1. De jolies alitées…rations pour ce poème mélancolique qui convient à la saison et à l’époque pour parler vrai. Bravo et porte toi bien.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s