Un matin : oeuvre de jeunesse…envole moi chéri…

Je rêve de ce matin qui sera comme

Le premier

De ces oiseaux qui chanteront pour

La première fois

Le blues du bonheur

Et je les écouterai

Blottie dans ta chaleur.

Je rêve de ce matin là

Aux teintes enflammées

Des couleurs de l’amour.

Je ne ressentirai plus, rêvons,

Ni amertume ni douleur.

Il n’ y aura plus au bord de mes yeux

Ni sur oh-comme je les exècre-mes joues rondes :

Tous ces pleurs.

Je rêve mon amour de ce matin là

D’un jour, matin d’un soir…

Sans  » A quoi bon » sans ces craintes qui tuent

Le coeur du bonheur, le feu du désir.

Matin d’un soir sans frayeur.

Je rêve de ce bonheur, mon amour, rêvons.

Je rêve de cette nuit, où d’autres étoiles brilleront…

Au ciel de notre lit

Envole moi chéri

Janvier 1984 (revu)

2 Comments

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s