Juliette Mauviette

Quand Jedi est rentrée chez elle, ce soir là, elle était très fatiguée pourtant elle savait qu’elle ne dormirait pas au mieux avant trois heures du matin, souvent c’est l’aube qui la surprend et l’assomme enfin.

Je m’appelle Juliette j ai 6 ans j ai des couettes et je suis berchue c’ est comme ça qu’il dit mon tonton

Seule, elle est rentrée seule, jamais personne ne l’ a attendue à la maison sinon ses chats. Elle ne l’aurait pas voulu de toute manière, elle qui clame fièrement » jamais un homme ne franchira le seuil de ma porte, jamais… »

Je suis gaie j’aime chanter, Paul met la musique à fond et moi je danse danse jusqu à ce que tout tourne et que je m’écroule et Paul rit, Paul c est mon frère on dort dans la même chambre il est plus grand que moi mais on s’ aime quand on sera plus grand, il me marira

Jedi souffre, depuis des années, combien de temps ? Elle ne sait pas. Les médecins parlaient de dépression, puis ce fut tendance de parler de fibromyalgie.

Jusqu’à ce qu elle consulte ce médecin dans le nord, un peu plus consciencieux, à l’écoute et le diagnostic est tombé .. Polyarthrite rhumatoïde.

Maman dit que j’ ai les dents du bonheur et que je suis sa petite princesse son rayon de soleil mais est ce que je peux arrêter de crier « s il te plaît » parce qu’elle est fatiguée, elle est si fatiguée tout le temps maman ! La journée … Parce que le soir elle fait des ménages jusqu’à 23h dans une entreprise. elle part à 17h et revient rarement avant minuit.

Jedi avait 30 ans quand ça a recommencé, la dévalorisation systématique, les « ma pauvre fille » puis les insultes, les coups, … Elle avait, fragilisée par le diagnostic sans doute et vaincue par la compassion que l’homme lui témoignait, baissé sa garde…

Tonton Simon est au chômage et vit dans la rue à côté de la nôtre, il est gentil tonton Simon, il a toujours des bonbons, il joue aux petits chevaux et à Colin maillard avec nous, il nous garde quand maman n’est pas la !

Depuis Jedi a fui, changé plusieurs fois de région avant d’atterrir, hasard des petits boulots, des rencontres, dans ce gros village d’apparence cossu, qui cache une misère noire.

Comme elle finalement, Jedi, cette petite femme maigre et fiévreuse, brunette aux grands yeux clairs, concentré d’énergie, toujours prête à rire, pousser la chansonnette, qui partage sans compter son amour de la musique, ses histoires invraisemblable et ses chichons…

Je m’appelle Juliette j ai sept ans j ai un secret je ne dois en parler à personne et surtout pas à maman qui serait très très fàchée « et tu ne veux pas n est ce pas que maman se fâche ?  » a dit tonton Simon

Elle cache sous ses jeans étroitement moulés et ses chemises de grand père son corps couturé, martyrisé… Et cache sous ses nuits blanches… sa misère noire.

J’ai huit ans Je suis petite et j’ai peur de tout on m’appelle « la gringalette », à l’ école les autres m’appellent Juliette Mauviette et ça fait beaucoup rire la maîtresse qui quand je pleure me dit  » Juliette vraiment tu n’as pas le sens de l’humour ! » La nuit je fais des cauchemars. Heureusement Mistigri est là ! Mistigri c est mon chat. Il ronronne, me regarde et ses prunelles vertes me rassurent.

Jedi ne fait plus que des petits boulots, sa maladie l’empêche de trouver un emplois correctement rémunéré, elle travaille comme serveuse jusque tard dans la nuit. Quand elle ne travaille pas, elle gamberge et c est mauvais. Alors elle vit des minimas sociaux, de ses petits boulots et elle aide comme bénévole à droite à gauche.

Papa ? Papa ne dit rien, papa est parti quand j avais trois ans. Il a dit à Paul « tu diras à maman que je suis allé acheter des clopes » et il n’est pas revenu. C est depuis que tonton nous garde…

Laisser parler la chair, ok mais ce n’est pour rien que l’air qu’elle fredonne le plus souvent est cette chansonnette « faut pas qu’on s’attache… » l’amour c’ est pas trop sa tasse de thé, d’ ailleurs elle ne boit que du café. Un café, une clope, sa musique et ses chats. C ‘est sa vie…

Elle préfère parler, parler très vite et surtout ne pas laisser le silence s’installer… et puis danser, Tourner tourner au son d’ une musique, n’importe laquelle… jusqu’à s’étourdir…

Maman ne comprend pas pourquoi je m’enferme à clé dans la salle de bain. Et tu ne chantes plus ma petite princesse ? Tu ne viens plus m’embrasser ? Je ne dois pas la fâcher, maman quand elle se fâche elle devient toute rouge elle crie très fort…

Elle a fait son lit d’hommes de passage qui ont cru l’aimer le temps d’une saison, si elle s’est donnée, c’est à l’ arrache contre le zing d’un café dont elle avait les clés.
Plus rarement dans la chambre anonyme de quelque hôtel miteux.

Quand tonton Simon vient je ne le regarde plus je me fais toute petite, mais rien n’y fait. Paul joue dans sa chambre, de plus en plus il s’isole dans sa chambre. Il a fermé la porte et tonton Simon s’approche de moi il veut continuer le jeu, il faut que je sois gentille sinon il dira à maman que je n’obéis pas  » et tu sais Juliette comme maman peut se fâcher quelquefois ? Allez, viens, on descend à la cave tous les deux. »

Seule on sait à quoi s’attendre

Ce soir comme tous les soirs Jedi nourrit son chat son vieux chat gris, qui la récompense du chatoiement de ses prunelles d’or, elle a soupiré, en caressant le pelage mité traversé par endroits de plaques couturées.. ce vieux chat son préféré.

« Si tu ne m’obéis pas je te prend Mistigri, je l’emmène, tu ne le verras plus »

C’est qu’il a bien failli y passer !

Attend tu ne sais pas !? regarde les photos regarde !

Ce pauvre chat sous ses pansements

8 coup de couteaux, il a reçu !!

Et ce sont ces salauds là, ces vendus, ce repaire de pédophiles et de tapettes ! Quand Jedi est en colère elle n’a plus de filtres.

Juliette Mauviette Juliette Mauviette ce petit con d Éric danse autour de moi et continue sa ritournelle « pleure pleure Juliette Mauviette… »

Elle repasse en boucle à qui veut l’entendre la scène la terrible scène… les hommes qui veulent s’en prendre à elle, rentrer, et elle qui les rejette. Dehors le miaulement déchirant du chat, ses râles. le bruit de leur fuite.

La maîtresse a fini par convoquer maman « les résultats sont en chute libre Juliette pleure tout le temps elle a peur de tout, est ce qu’il y a quelque chose. ? Maman s excuse elle est très prise et elle n’a rien vu « vous comprenez je les élève toute seule heureusement il y a mon frère qui est au chômage bon bon » dit la maîtresse

Elle qui prends dans ses bras, sanglotant, le petit animal blessé.

Il s’en remettra a affirmé le vétérinaire, par miracle aucun organe vital n’a été touché.

Dans la rue maman m’a pincé la joue très fort « Juliette tu ne me fais plus jamais honte comme ça, je ne veux plus être convoquée tu m’ entends ? » Sinon tu peux dire adieu à ton chat !

Sous les soins le regard d’or s’attache à Jedi, elle, n’y voit que des reproches, « Tu vois tu n’a pas su me protéger, c’est de ta faute aussi pourquoi t’accoquiner avec cette racaille ? »

J ai 10 ans et je ne suis plus la petite princesse de maman, elle me serre encore parfois très fort dans ses bras mais je dois obéir sinon… Et obéir, c est faire le ménage et la cuisine pour mon frère qui ricane… et dans le dos de maman me fait des grimaces. Tonton Simon a trouvé du travail, il ne vient plus nous garder. Je ne dis rien. A quoi bon maman ne me croirait pas

Le chat s’en est remis mais pas Jedi qui traine dans les cafés montre les photos, pleure…fume et boit…elle qui toute sa vie a servi dans les bars et ne buvait jamais.

Les hommes, elle laisse trainer la dernière syllabe, les hommes sont lâches…C’est ce qu’elle a dit l’été d’avant, celui d’avant l’attentat contre le chat, à cet homme, cet homme marié qui malheureux dans son couple, prétendait l’aimer… Elle l’aimait bien mais pas ça non pas ça !

Paul a des boutons il les éclate contre miroir de la salle de bain, je le regarde, il me crie dessus. On ne va plus se marir…A l’ école je confond tous les mots. La nouvelle maîtresse est un maître il est gentil mais il me terrorise je ne sais pas pourquoi….

L’aimer ?? quelle horreur !! « si tu m’aime je fuis. » Lui dira t elle.

J’ai 11 ans et un nouveau cartable, aujourd’hui je rentre au collège… Juliette, Juliette Mauviette… Susurré derrière mon dos…Je me raidis… me retourne… Eric est là, hilare, « comme on se retrouve Juliette la pleureuse et en plus tu es dans ma classe on va bien s’amuser… »

C’est lui qui est parti pour finir, rejoindre sa femme au bord de la mer. Cette histoire brève, cette histoire là s’est terminée comme les autres. Jedi est restée seule. Quelques étreintes fiévreuses, parler d’amour, et puis ils s’en vont tous… Histoire de sa vie.

J’ai 12 ans, Tonton Simon vient déjeuner ce dimanche. Mets ta jolie robe a commandé maman. Non maman m entends-je dire. Il va encore me toucher. Je ne regarde pas maman et ne voit pas arriver là gifle « sale petite vicieuse » hurle maman comment peux tu dire ça de ton oncle »

Quoi manger ce soir, Jedi hésite, il n’y a plus grand chose dans son frigo, de toute manière elle n’a pas faim, trop fumé sans doute..ça lui coupe l’appétit.

Je suis dans ma chambre la joue me cuit je ne pleure pas je ne pleure plus d’ailleurs je m’en fais le serment je ne pleurerais plus jamais..la porte s’ouvre sur mon oncle…

Elle pense à sa vie, cette solitude lui pèse ce soir, elle voudrait des bras, n’importe lesquels, juste se sentir vivante. Curieusement la maladie lui offre un répit elle n’a pas trop mal ce soir mais elle se sent tellement fatiguée ! Tellement fatiguée. Elle a dit cette phrase à voix haute, le chat s’est retourné et la regarde. Jedi le prend dans ses bras en se dirigeant vers son lavabo.

J’ai 14 ans je suis partie dans la rue et j’ai fait ma place mais les services sociaux m’ont attrapée et placée. J’ai un couteau, je l’ai caché, si vous m’embêtez je n’hésiterai pas à m’en servir.

Jedi ne s’appelle pas Jedi bien sûr c’est cette image de force, la force soit avec toi, qui lui a plu, quand elle a vu le film, le tout premier, quand il s’appelait encore la guerre des étoiles.. c est qu’elle n’est plus si jeune, Jedi ! Elle a pris ce nom à l’adolescence pour accompagner sa mue.Ce prénom allait la protéger contre les prédateurs.

D’ailleurs c’est avec lui que j ai planté mon père d’accueil, il me voulait du bien, il disait, tout en passant ses mains sous ma robe.

La nuit est bien avancée, ce soir Jedi sent qu’elle ne fera pas de vieux os, comme disait sa mère, allons mettre la viande sous le torchon! Pourquoi penser à sa mère ? Jedi n’y pense plus depuis si longtemps. Elle se rend compte qu’elle ne sait même pas ce que la vieille femme est devenue… Quant à son frère…

J’ai 16 ans, je fais un BEP tertiaire, les mots, les grandes phrases, l’abstraction, les calculs savants, au collège tout ça m’ennuie si vous saviez…moi ce que j aime c est la musique.

Demain se dit Jedi demain je regarderais peut être que sur internet … C’ est qu’à présent on trouve tout sur internet…

Ici au foyer, ils savent ce que j’ai fait. Personne ne m’embête mais j’ ai faim, j’ai tout le temps faim… On ne nous donne pas assez à manger et on nous oblige à étudier. Bientôt je vais sortir et personne ne me donnera plus jamais d’ordre.

Le chat ronronne tout contre elle et Jedi passe une main sur le pelage un peu rèche de son vieux compagnon. Elle, miracle, se sent plonger dans la torpeur qui précède le sommeil. Ce soir elle est sereine. Au moment de s’endormir une vieille berceuse lui vient aux lèvres qu’elle fredonne doucement. Maman la lui chantait pour l’endormir non ? Doucement doucement s’en va le jour…

C’est Jean, prononcez Jinn, le barman d’origine anglaise qui bossait avec elle, qui l’a trouvée le lendemain, morte, dans son sommeil, il a du enfoncer la porte. Un léger sourire flottait sur ses lèvres racontera-t-il. On ne sait pas ce qui l’a tuée.

Au cimetière, Jedi surplombe la vallée, sur sa tombe très basique, Jedi est dans le carré des indigents. Les habitués du bar et ses quelques amis stupéfaits, ont découvert le nom apposé sur la croix en bois. Juliette… Elle s’appelait donc Juliette.

Je m’appelle Juliette, Juliette ? ça fait si longtemps que je n’ai pas entendu ce prénom ! J’ai 50 ans. Je suis forte. Plus rien, jamais, ne me fera souffrir.

L’ordre Jedi ([ˈdʒɛˌdaɪ]) est une organisation de fiction imaginée par George Lucas, apparaissant dans la saga cinématographique Star Wars. Guerriersphilosophes œuvrant pour le maintien de la paix et de la justice dans la Galaxie, ils sont dotés de pouvoirs surnaturels que leur confère leur sensibilité à la Force et reconnaissables à leurs sabres lasers. Ils sont les ennemis jurés des Sith. Source : wikipédia.