‘La vieille dame 2

« l’homme qui l’empoigne par derrière, les mains dures sur les seins, puis sur sa bouche, les insultes proférées  » sale petite juive… tu vas voir … » tandis qu’il l’entraîne, la sueur les odeurs mêlées d’ail et de café. Et dans l’ obscurité, la vieille maison en ruine du bout de la rue, l’escalier dans lequel il la pousse rudement…Sensation de chute et sans transition, elle se retrouve dans une grande salle pleine de cris, pleurs d’enfants, gémissements, l’ odeur nauséabonde est insoutenable , et une drôle de lumière verdâtre nimbe la scène : où qu’elle se tourne des spectres tout autour d’elle

C’est François qui la réveille cette fois. « Tu faisais un cauchemar grommelle t-il, je vais te chercher un verre d’eau » et sans attendre sa réponse et trainant un peu des pieds dans ses pantoufles il quitte la chambre.

Gaby voudrait le retenir, qu’il la prenne dans ses bras, mais cet homme bougon qui partage sa vie ne sait pas la tendresse opportune celle que les femmes souvent, certains hommes, savent donner et Gaby s’ est résignée. Elle a compensé avec les enfants, continue à dévorer de bisous ses petits enfants Paul et Leo. Léo qui s’échappe en riant  » arrête mémé tu me chatouilles et puis on est trop grands » tandis que Paul resté câlin malgré ses bientôt 13 ans la serre en réponse fort fort dans ses bras.

Elle remercie François qui lui tend le verre d’eau et se recouche lourdement avant de presque simultanément se mettre à ronfler. Elle lui envie cette capacité qu’il a de se rendormir. Elle reste éveillée, comme souvent avec ces rêves récurrents,qui se déroulent presque toujours de la même manière malgré quelques variantes, elle a peur ensuite de se rendormir, peur de replonger dans le rêve, peur de tomber dans cet escalier sombre toute la nuit.

Elle se rendort quand même après quelques pages du polar anglais, pourquoi sont-ils de plus en plus violents ces polars ? Peut être devrait elle se contenter d’un Agatha Christie, un bon vieux policier dans lequel les prémices du meurtre et la résolution de l’enquête sont plus importants que le meurtre lui même.

C’est l’autre rêve…

Celui du train qui vient alors la visiter, celui-ci est transparent, il résulte du traumatisme précédant immédiatement son amnésie, de sa vie antérieure, elle ne se rappelle que de ce moment là, le coeur déchiré, pourquoi ?… elle court, elle chute… Elle s’est réveillée dans un lit, amnésique, son âme prisonnière de ce moment à l’instar de l’eau sous un pont qui reflète le pont sans jamais pouvoir voir le ciel au dessus. A ses côtés veillait le jeune homme qui l’avait trouvée. La balle qui l’avait touchée n’ avait par miracle touché aucun organe vital, se contentant de traverser entre le poumon et le foie pour ressortir… Elle a perdu en revanche beaucoup de sang avait dit le médecin, une heure plus tard nous la perdions. La suite pourrait ressembler à la chute d’un beau conte pour enfants. Il l’embrassa ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Ca ne s’est bien sûr pas tout à fait déroulé ainsi…

1 Comment

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s